Le temps fut – Ian McDonald [#UHL 23]

On continue nos aventures supraluminiques avec cette fois-ci un autre voyage, et quel voyage ! Le temps fut est la 23e publication dans la collection Une Heure Lumière et me permet, comme souvent, de découvrir un nouvel auteur : Ian McDonald.

En bref, j’ai été séduite (comme souvent, une fois encore) par cette novella d’une haute qualité.

Le temps fut

Auteur : Ian McDonald (Traduction par Gilles Goullet)

Paru aux Éditions Le Bélial dans la collection Une Heure Lumière en février 2020. VO parue en 2018.

Pages : 144

4ème de couverture

Bouquiniste indépendant, Emmett Leigh déniche un jour un petit recueil de poèmes lors de la liquidation de la librairie d’un confrère. Un recueil, Le Temps fut, qui s’avère vite d’une qualité littéraire au mieux médiocre… En revanche, ce qui intéresse Emmett au plus haut point, c’est la lettre manuscrite qu’il découvre glissée entre les pages de l’ouvrage. Pour le bouquiniste, tout ce qui peut donner un cachet unique et personnel à un livre est bon à prendre. Il se trouve ici en présence d’une lettre d’amour qu’un certain Tom adresse à son amant, Ben, en plein cœur de la Seconde Guerre mondiale. Remuant ciel et terre – et vieux papiers – afin d’identifier les deux soldats, Emmett finit par les retrouver sur diverses photos, prises à différentes époques. Or, la date présumée des photos et l’âge des protagonistes qui y figurent ne correspondent pas… Du tout.


Dans Le temps fut, nous rencontrons tout d’abord Emmett Leigh, un bouquiniste indépendant se spécialisant en littérature de guerre. A la suite d’une liquidation de l’un de ses confrères, il vient à posséder un recueil de nouvelles de qualité médiocre, mais recelant une curieuse lettre, une lettre d’amour. Signée par Tom, adressée à son amant Ben, la lettre a été écrite durant la deuxième bataille d’Al-Alamein (pendant la Seconde guerre mondiale).  Féru d’histoire, Emmett va se mettre à la recherche de ces deux hommes dans les archives, pour connaître leur histoire, et savoir si leur relation a connu une belle fin ; ou au contraire, une fin tragique. C’est au cours de cette que les premiers éléments suspects et incohérents apparaissent. En découle dès lors une enquête qui ne va pas laisser Emmett et ses acolytes de marbre.

Le temps fut, sera, l’amour aussi

Le temps fut est une histoire d’amour, bien que la romance ne soit pas au cœur du récit en tant que tel. Autre fait, c’est une histoire d’amour homosexuelle qui se déroule ici, et on sait bien que l’homosexualité en Angleterre à cette période était prohibée, ne devenant légale qu’en 1967. Nous nous rappelons que trop bien du sort qu’a eu Alan Turing.

Au fil de ma lecture, je n’ai pas pu m’empêcher de rattacher ma lecture à celle de Les oiseaux du temps, qui partage un nombre de similitudes troublant avec Le temps fut. Hors, le texte de Ian McDonald est paru avant, et est à mon sens de bien meilleure qualité.

J’ai apprécié également que l’auteur saupoudre son histoire des quelques éléments de physique quantique, qui sont rendus très accessibles. On note également l’ode aux libraires et aux livres qui est touchant et réconfortant.

Le style de l’auteur dans Le temps fut est magnifique, factuel tout en étant poétique et touchant. J’ai été séduite et transportée, j’aurais même voulu rester un peu plus longtemps dans cet univers.

J’ai vécu vingt ans dans cette rue de galets. Je l’ai connue par toutes saisons et sous tous les éléments, j’en connais toutes les nombreuses humeurs.

Je la connais balayée des vents d’est, quand ils soufflent dans un ciel noir comme le jour du Jugement et semblent arracher la terre comme si de la peau se détachait d’une mâchoire, quand la mer se rue sur le rivage et entrechoque si fort les galets que je les entends depuis Ferry Road.

Ainsi, s’achève ma lecture qui me laisse soufflée et émue. Et je crois, Messieurs Dames, que nous sommes face à un coup de cœur, car cette novella me laisse une trace toute particulière et se hisse clairement dans le top des novellas de la collection UHL.


Et vous, qu’en avez-vous pensé ?

Défi 2022

Cette lecture ne s’inscrit pas dans mon défi 2022, ayant déjà validé toutes les catégories auxquelles elle peut appartenir. Voici la catégorie identifiée.

  • Catégorie 26 : Le titre contient trois mots
  • Catégorie 28 : Un livre primé (British Science Fiction Award « Meilleure nouvelle » 2018)
Avec cette lecture, je participe au Summer of the Short Stories

Ailleurs sur la blogosphère

5 réflexions sur “Le temps fut – Ian McDonald [#UHL 23]

  1. Ping : Le temps fut – Ian McDonald | Le culte d'Apophis

  2. Ping : Le Temps Fut – Ian McDonald – Les Lectures de Xapur

  3. Ping : Une Heure Lumière | Retour sur l’Année 5 – Le dragon galactique

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s