Waldo – Robert A. Heinlein [#UHL 19]

Faute de l’avoir publié jeudi dernier, vous retrouvez aujourd’hui mon avis sur Waldo.  C’est une novella que j’ai beaucoup appréciée et qui m’a surprise en bien.

Waldo

Auteur : Robert A. Heinlein (Traduction de Pierre-Paul Durastanti)

Paru aux Éditions Le Bélial dans la collection Une Heure Lumière en juin 2019. VO parue en 1942.

Pages : 160

4ème de couverture

Atteint d’une maladie neuromusculaire chronique, Waldo Farthingwaite-Jones vit retiré du monde au sein de son petit paradis privé, un habitat orbital automatisé conçu par ses soins qui le soustrait à l’insoutenable gravité terrestre martyrisant son corps… Obèse, solitaire et misanthrope, Waldo est un être détestable. Mais c’est aussi, sans doute, l’un des plus remarquables esprits que l’humanité ait jamais connu. De fait, quand les moteurs des appareils de la North American Power-Air se mettent à dérailler sans la moindre explication, menaçant l’ensemble du trafic aérien, les ingénieurs de la compagnie n’ont d’autre choix que de se tourner vers un Waldo peu enclin à les aider. Sauf à y trouver son propre intérêt, et envisager la plus stupéfiante des découvertes…


Si Waldo démarre comme la résolution d’un problème d’ingénierie, chose assez classique dans la littérature de science-fiction, c’est plutôt la résolution d’un problème humain, de vie auquel nous sommes confrontés.

Waldo est un ingénieur de génie, toutefois, ses capacités sociales ne sont pas des plus développées, notamment parce qu’il exprime une misanthropie maquée et exacerbée par son autarcie volontaire. Ce dernier, atteint d’une maladie neurologique le privant de toutes ses forces vit en apesanteur, afin de ménager ses muscles, et esseulé. Un autre trait important du caractère de cet étrange personnage est sa rancune, et cette dernière est le point de départ de la novella telle qu’elle nous est présentée. Waldo entretient un fort ressenti envers la North American Power-Air (NAPA). Toutefois, lorsque des ingénieurs de la firme se présentent à lui, demandant de l’aide pour résoudre un problème insolvable, il accepte, non sans rechigner. C’est le départ de découvertes qui iront bien au-delà de la simple résolution d’une énigme d’ingénierie. Ces découvertes pourraient changer la face du monde, et celle de la vie de Waldo.

Robert A. Heinlein est connu pour être l’un des « grand » de la science-fiction. Si, il me semble, ses œuvres découlent plutôt d’un pendant de hard SF, c’est ici à une magie proche de l’ésotérisme que l’auteur s’intéresse. Les découvertes réalisées par son personnage font appel à un lâcher-prise qui est rare dans le monde de la science dure. Je trouve qu’Heinlein apporte avec grâce ces éléments dans la résolution de sa novella. Il le fait non sans oublier la rigueur scientifique, et je dois dire que ce mélange de paradigmes m’a tout particulièrement séduite. C’était mon premier Heinlein, mais je doute que ce soit le dernier quand je vois la qualité du texte qui est proposé.

J’ai également apprécié la construction psychologique de Waldo, que j’ai adoré détester au début de ma lecture, mais qui a fini par m’attendrir. J’ai trouvé le psyché du personnage décrit avec beaucoup de délicatesse, de relief, et de notions cachées en sous-texte. Si les autres protagonistes orbitant autour de Waldo ne sont que peu développés en rapport à ce dernier, j’ai trouvé qu’il servaient très bien le propos et l’histoire.

En résumé : Waldo est une novella excellente, singulière, humaine que je ne pensais pas autant apprécier. C’est un texte très fin et subtil qui m’a totalement séduite.

La chimie dérivait quant à elle de l’alchimie ; en fait, la plupart des sciences modernes devaient leurs origines aux magiciens. La science avait retiré le verbiage, essoré l’occultisme grâce à sa logique bivalente, encapsulé le savoir sous une forme dont chacun pouvait user.


Et vous, qu’en avez-vous pensé ?

Défi 2022

Cette lecture ne s’inscrit pas dans mon défi 2022, ayant déjà validé toutes les catégories auxquelles elle peut appartenir. Voici la catégorie identifiée.

  • Catégorie 09 : Un livre dont l’un des protagonistes est porteur d’un handicap (physique ou mental, de naissance, après un accident, une maladie…)
  • Catégorie 28 : Un livre primé (Retro Hugo 2018)
  • Catégorie 39 : Votre nom et celui de l’auteur commencent par la même lettre 
Avec cette lecture, je participe au Summer of the Short Stories

Ailleurs sur la blogosphère

9 réflexions sur “Waldo – Robert A. Heinlein [#UHL 19]

  1. Ping : Waldo – Robert Heinlein | Le culte d'Apophis

  2. J’ai l’impression que c’est l’une des chroniques les plus enthousiastes que j’ai lu sur cette novella, pour ne pas dire l’une des rares enthousiastes. Tant mieux si ça te donne envie de lire plus de Heinlein, parce qu’il y a du très bon chez l’auteur !

    Aimé par 1 personne

  3. Ping : Waldo – Robert A. Heinlein | OmbreBones

Répondre à Baroona Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s