L’Espace d’un An – Becky Chambers [Les Voyageurs #1]

Si j’ai un goût pour les bouquins qui font déprimer et dépeignent une société dans son déclin (ou dans sa reconstruction après un cataclysme majeur), j’apprécie tout de même pendre une bouffée d’air frais et « sain » de temps à autres. Acheté à l’occasion d’une série de rééditions en collector Hard Back des titres de l’autrice, l’Espace d’un An m’a offert la douceur dont j’avais besoin ces jours.

L’Espace d’un An

Auteur : Becky Chambers (Traduction par Marie Surgers)

Paru aux Éditions L’Atalante en 2016, présente édition en 2022. VO parue en 2014.

Pages : 448

4ème de couverture

Rosemary, jeune humaine inexpérimentée, fuit sa famille de richissimes escrocs. Elle est engagée comme greffière à bord du Voyageur, un vaisseau qui creuse des tunnels dans l’espace, où elle apprend à vivre et à travailler avec des représentants de différentes espèces de la galaxie : des reptiles, des amphibiens et, plus étranges encore, d’autres humains. La pilote, couverte d’écailles et de plumes multicolores, a choisi de se couper de ses semblables ; le médecin et cuistot occupe ses six mains à réconforter les gens pour oublier la tragédie qui a condamné son espèce à mort ; le capitaine humain, pacifi ste, aime une alien dont le vaisseau approvisionne les militaires en zone de combat ; l’IA du bord hésite à se transférer dans un corps de chair et de sang…
Les tribulations du Voyageur, parti pour un trajet d’un an jusqu’à une planète lointaine, composent la tapisserie chaleureuse d’une famille unie par des liens plus fondamentaux que le sang ou les lois : l’amour sous toutes ses formes.


L’Espace d’un An est un space opera, mais à l’inverse de beaucoup de titres répondant à ce sous-genre de la science-fiction, point de conquête grandiloquente des planètes composant l’union galactique. Les humains, se sont exilés dans l’espace il y a fort longtemps, et y ont découvert une multitude d’autres espèces, et tous cohabitent plutôt paisiblement. Pensez un peu à un setup à la Doctor Who, mais avec moins de conflits inter-espèces (bien que ces derniers puissent encore être présents). Dans ce premier tome de la quadrilogie, l’histoire qui nous est contée démarre simultanément avec le nouveau chapitre de Rosemary, l’une des protagonistes, humaine originaire de Mars. Cette dernière s’engage sur le Voyageur, un vaisseau tunnelier qui sillonne l’espace afin d’établir des tunnels entre les recoins de la galaxie.

Tranche(s) de vie

L’Espace d’un An est définitivement un roman centré sur ses personnages et non pas sur l’intrigue, qui n’est que très peu présente. L’équipe du Voyageur est une composées de membres issus de tous les coins de la galaxie et d’espèces différentes. Le roman se concentre dans un premier temps sur l’intégration de Rosemary au sein de l’équipage. Becky Chambers, au fil des discussions et de relations qui se forment, présente Sissix, Jenks, Ashby, Kizzy et d’autres, dans les tribulations de leur quotidien et des évènements formateurs qu’ils ont vécu. Si cette construction peut paraître inintéressante ou rigide, en silo, c’est tout le contraire. Les liens qui unissent ces histoires, ces vies sont touchants. De plus, l’autrice assure son wordbuilding d’une main de maître, ne laissant pas la place à l’ennui ou le désintérêt.

Apprentissage(s)

Ainsi, on apprendra que les structures familiales des Aandrisks sont assez différentes de celles que nous les humains connaissons. Que les Sianats ne fonctionne qu’en paire, jusqu’à leur déclin. On rencontre Lovey, une IA qui souhaiterait tellement avoir un corps physique, bien que cela soit interdit.

Ce roman est le récit d’une famille hétéroclite. Une fresque tendre et délicate des liens qui unissent l’équipage, de l’importance de la tolérance et de l’ouverture. Les personnages naviguent dans leurs apprentissages, personnels, mais aussi de l’autres. Langues, coutumes, civilisations. Quoi qu’il en soit, d’où que l’on vienne, dans l’étendue infinie de la galaxie, tous se ressemble quand même un peu.

Comment est-ce possible ? Comment la vie, apparemment si diverse, a-t-elle pu suivre les mêmes chemins dans toute la Galaxie – pas seulement au cours de notre ère, mais sans cesse ? 

L’Espace d’un An est un roman résolument positif et bienveillant. C’est une douceur qui se savoure, et qui fait un bien fou dans ce monde de brutes. Et je crois que c’est dont j’avais cruellement besoin en ce moment, et qui fait que j’ai un coup de cœur, tendre et ténu pour cette lecture. Pas un de ces coups de cœurs éclatants, mais un que je porte, légèrement, nimbé dans mon cœur.

En résumé : Sur un fond de science-fiction, Becky Chambers dresse une fresque d’humanité. Douceur, tolérance, bienveillance. Je recommande !


Et vous, qu’en avez-vous pensé ?

Défi 2022

Cette lecture ne s’inscrit pas dans mon défi 2022, ayant déjà validé toutes les catégories auxquelles elle peut appartenir. Voici la catégorie identifiée.

  • Catégorie 12 : Un livre dont le titre contient un nombre
  • Catégorie 21 : Un récit choral
  • Catégorie 22 : Un livre dont un des personnages a un secret
  • Catégorie 28 : Un livre primé
  • Catégorie 30 : Un livre avec un voyage
  • Catégorie 31 : Le premier tome d’une série
  • Catégorie 35 : Un livre avec une créature artificielle

9 réflexions sur “L’Espace d’un An – Becky Chambers [Les Voyageurs #1]

    1. Oui, je comprends. Il y a peu de « liant » et parfois ça peut limiter l’immersion dans l’histoire, je le conçois. C’est d’ailleurs quelque chose sur lequel je suis assez ambivalente, parfois ça passe (comme ici), souvent ça casse.

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s