Poumon vert – Ian R. McLeod [#UHL 08]

S’il y a bien une caractéristique qui unit tous les Une Heure Lumière, c’est la surprise. Avec Poumon Vert, c’est un peu une surprise de l’incompréhension. Je vous explique.

Poumon vert

Auteur : Ian R. McLeod (Traduction par Michelle Charrier)

Paru aux Éditions Le Bélial dans la collection Une Heure Lumière en avril 2017, VO en 2002

Pages : 126

4ème de couverture

Lors de sa douzième année standard, pendant la saison des Pluies Douces habarienne, Jalila quitte les hautes plaines de Tabuthal. Un voyage sans retour — le premier. Elle et ses trois mères s’installent à Al Janb, une ville côtière bien différente des terres hautes qui ont vu grandir la jeune fille. Jalila doute du bien-fondé de son déménagement. Ici, tout est étrange. Il y a d’abord ces vaisseaux, qui percent le ciel tels des missiles. Et puis ces créatures d’outre-monde inquiétantes, qu’on rencontre parfois dans les rues bondées. Et enfin, surtout, la plus étrange des choses étranges, cet homme croisé par le plus pur des hasards — oui, un… mâle. Une révélation qui ne signifie qu’une chose : Jalila va devoir grandir, et vite ; jusqu’à percer à jour le plus extraordinaire secret des Dix Mille et Un Mondes…


Le lectorat est plongé dans l’univers de la novella Poumon vert sans guide. Dans ce monde (cette planète ?) aux inspirations orientales, les hommes n’existent pas, et sont même décrits comme des êtres affreux. Nous allons y suivre une adolescente, Jalila, qui descend de ses montagnes natales vers la ville côtière de Al Janb avec ses trois mères. Le changement est au cœur de ce récit, tant par le déménagement que par celui interne et propre à toute jeune personne telle que Jalila : la puberté, le chemin vers la vie adulte, et la croissance de son poumon vert.

Ce texte est un texte de coming-of-age, dans lequel on va suivre notre personnage principal dans les changements et nouveautés qu’elle vit. Transformation du corps de fille vers celui de femme, premiers émois amoureux, premières expériences sexuelles, affranchissement, choix d’un chemin de vie. L’auteur décrit de manière crédible les changements qui surviennent, et je me suis retrouvée dans certaines des descriptions telles que je les ai vécues moi adolescente.

Une des particularités de cette société est qu’elle est exclusivement féminine, ce qui peut surprendre au départ. J’en profite pour saluer l’excellent travaille de la traductrice Michelle Charrier. Cette dernière a su retranscrire ce monde féminin, mais elle m’a également désarçonnée avec son choix de tout accorder au féminin (alors qu’on nous apprend à l’école que le masculin prévaut sur le féminin…). De même, la retranscription des descriptions poétiques est également bien exécutée.

La critique que j’émets face à ce court roman, c’est le manque d’histoire, au final, et surtout le manque de guides. Finalement, ce n’est qu’une tranche de vie, sans trop de finalité justement. Si ce n’est en soi pas dérangeant, ce n’est pas non plus ce que je recherche le plus, et j’ai été habituée à des textes plus concrets dans cette collection. Aussi, je me suis retrouvée projetée dans ce monde plein de néologismes, d’ancrages non-expliqués, rendant l’immersion dans la lecture compliquée. Les éléments un peu mystiques ne sont pas expliqués, nous ne saurons jamais ce qu’est ce poumon vert.  L’imaginaire se traduit par la présence de portails entre des mondes, des planètes, les personnes choisissant d’en faire leur destinée, des personnes quelque peu sacralisées.

En résumé : Ce n’est pas un mauvais texte, mais comme le dirait Laird Fumble, je me suis sentie un peu laissée sur le bord de la route.

Lorsque enfin elles hissèrent les voiles, une fois de plus, Jalila se dit que le trajet avait été bien plus agréable et excitant que le but, une fois atteint.


Et vous, qu’en avez-vous pensé ?

Défi 2022

Cette lecture ne s’inscrit pas dans mon défi 2022, ayant déjà validé toutes les catégories auxquelles elle peut appartenir. Voici les catégories identifiées.

  • Catégorie 8 : Un livre contenant un mot évoquant une couleur dans son titre

2 réflexions sur “Poumon vert – Ian R. McLeod [#UHL 08]

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s